L’économie circulaire est souvent assimilée à une marotte de doux rêveurs écologistes. Elle offre en réalité un potentiel à faire saliver collectivités publiques et lobbys d’entrepreneurs. A l’échelle de la région genevoise, substituer 10% des importations par des échanges locaux générerait 5 milliards de francs et créerait 10 000 emplois. S’y ajouterait un effet multiplicateur, puisque 100 francs de production locale induisent 61 francs supplémentaires, à travers les sous-traitants mobilisés pour transporter et consommer les biens ainsi produits.