Déjà en vigueur dans le secteur public et subventionné, la préférence cantonale s’étend au secteur privé à Genève. Ce jeudi, la Fédération des entreprises romandes (FER), l’Union des associations patronales genevoises et l’Etat ont annoncé la création d’une charte visant à valoriser les chômeurs genevois. Les employeurs signataires auront l’obligation d’annoncer les postes vacants et devront privilégier, à compétences égales, les candidatures sélectionnées par l’Office cantonal de l’emploi (OCE). L’objectif? Faire de l’OCE la «première agence de placement du canton».

Rétrospectivement, le chemin parcouru est de taille. Cheval de bataille du MCG, la préférence cantonale, taxée de mesure discriminatoire au moment de son introduction en 2012, est désormais pleinement acceptée. Ce qui réjouit Mauro Poggia, chef du Département de la sécurité, de l’emploi et de la santé, élu sous les bannières du parti en 2013, qui en a fait sa priorité. «Lorsque deux candidats aux compétences similaires postulent pour un même poste, engager celui qui réside dans le canton relève du bon sens. C’est aussi une manière de garantir notre paix sociale», argumente-t-il.