Conserver les apparences et soigner l’apparat. Dans un contexte politique chahuté par l’affaire Maudet, la classe politique genevoise s’est prêtée jeudi à un exercice hautement symbolique: la prestation de serment suivie du discours de Saint-Pierre, un brouillon de programme de la législature à venir. Ambiance solennelle, grande musique, maître de cérémonie très investi.

Le président du parlement, Jean Romain, menait l’office, où il a convoqué la philosophie et l’histoire au chevet des fulgurances de l’époque, devant un parterre d’autorités, de plusieurs conseillers d’Etat romands et de citoyens. Mais c’est le discours du Conseil d’Etat que tout le monde attendait. Une ébauche de programme qui sera ensuite présentée au Grand Conseil, en vue de l’adopter sous forme de résolution dans les six mois.  

«Entente et dialogue»

C’est donc à Pierre Maudet qu’est revenue la charge de prononcer les mots qui engagent. Malgré la polémique et les voix qui remettent en cause le bien-fondé de sa présidence, eu égard aux conditions de son voyage à Abu Dhabi. Un discours de concorde, faisant la part belle à tous les départements, dans un esprit d’alliance. Précisément ce qui a manqué à Genève durant la précédente législature, minée par les dissensions et par un parlement volatil. Fini, désormais, promet le Conseil d’Etat, devant le souci d’équilibre sorti des urnes, réhabilitant les partis gouvernementaux.

«Le peuple nous demande de chercher l’entente et le dialogue. Il est fatigué des luttes stériles. Les illusionnistes ne font plus recette», déclare-t-il par la voix de son président. Entendez les populistes, grands perdants de ces élections. Pour renouveler le contrat social, il faudra «lever les barrières, briser les tabous et changer les codes». Vaste programme.C’est sur le berceau du Grand Genève d’abord que les fées du Conseil d’Etat se penchent. Avec une concrétisation imminente: le Léman Express, «nouvelle artère de l’agglomération». Le gouvernement promet de convaincre la Confédération de compléter ce train d’un réseau de lignes de tram, y compris transfrontalières. Et d’en appeler aux «partenaires de la région», pudiquement la France voisine notamment, pour se battre à ses côtés en vue de concevoir cet espace comme une «géographie de l’esprit».

Une main tendue au voisin, alors que plusieurs dossiers, dont la préférence cantonale, plombent l’atmosphère. Avec le territoire, le logement: le gouvernement estime que le projet Praille-Acacias-Vernets (PAV), bientôt soumis au vote, va remodeler le canton. Dans les indispensables, comptez aussi la réforme de l’imposition des entreprises PF17. Parce que «l’économie privée est le pivot de toute action publique».

Un pôle de la 4e révolution industrielle

La culture sera aussi un autre axe de l’action gouvernementale, avec l’ouverture de la Nouvelle Comédie et du nouveau Théâtre de Carouge notamment. Sur le front de la santé, le gouvernement appelle à la maîtrise des coûts qui passera par une «politique sanitaire repensée et créative». Gros enjeu, dont le canton n’a, de loin, pas toute la maîtrise. Sur l’école en revanche, sa marge de manœuvre est plus grande. Une première mesure, celle de la formation obligatoire jusqu’à 18 ans, est qualifiée de «changement constitutionnel historique, regardé par la Suisse».

Reste à voir si les résultats seront à la hauteur de la curiosité. L’emploi et la formation ne sont pas en reste, et le gouvernement s’engage à refondre ses politiques en la matière, reconnaissant que trop de personnes arrivent en fin de droits au chômage et que trop de temps s’écoule avant la réinsertion des bénéficiaires de l’aide sociale. Durant ces cinq prochaines années, il s’agira aussi de faire vivre l’héritage de la Genève internationale, qui rénove et s’étend; de faire de Genève un pôle de la 4e révolution industrielle.

«Débattons sereinement. Avançons conjointement. Agissons résolument», termine Pierre Maudet. Une volonté presque incantatoire, tant il faudra, pour y parvenir, chasser le naturel. Au sortir de la cathédrale, c’est un furieux orage qui s’abattait sur les politiques. Où les coups de canon de la République le disputait au tonnerre. Qu’en disent les augures?