Médias

Genève réaffirme son opposition au déménagement de la RTS à Lausanne

Le Conseil d’Etat genevois a écrit au conseil d'administration de la SSR pour dire son opposition au départ de Genève du secteur Actualité de la RTS. Quelque 200 postes seraient concernés

Le Conseil d’Etat genevois s’oppose fermement à un éventuel départ du secteur Actualité de la RTS de Genève en 2024. Il l’a écrit dans un courrier adressé mercredi au conseil d’administration de la SSR, qui doit se prononcer d’ici à la fin de l’année sur ce déménagement.

Un départ des ressources télévisuelles de l’actualité hors du canton de Genève se traduirait par des pertes que le Conseil d’Etat ne peut cautionner, a-t-il indiqué mercredi. Sur le plan de l’emploi, quelque 200 postes seraient concernés. En outre, ce déménagement affaiblirait le traitement médiatique de la Genève internationale et de la deuxième ville de Suisse.

Une opinion signée par six personnalités genevoises: Démantèlement de la tour SSR: mépris pour la Genève locale et internationale

Par ailleurs, le mouvement de concentration planifié par la RTS «péjorera indéniablement la capacité des collaborateurs à saisir avec la finesse nécessaire les enjeux qui se présentent dans les régions», estime le gouvernement. Ce dernier considère que le service public devrait offrir une alternative au mouvement d’homogénéisation et d’accélération du traitement de l’information.

Une initiative à Berne

Le Conseil d’Etat dit être conscient des réalités budgétaires auxquelles la SSR est confrontée. «On nous dit que la Tour RTS se vide, et on veut investir dans un nouveau bâtiment», a dénoncé son président Antonio Hodgers.

La classe politique a fortement critiqué les projets de centralisation de la RTS et de la SRF. Le parlement fédéral a toutefois renoncé à intervenir. Le Conseil des Etats n’a notamment pas donné suite à une initiative du canton de Genève pour le maintien de l’actualité télévisuelle au bout du lac. Le Conseil national doit cependant encore se prononcer sur cette initiative.

Notre interview de Pascal Crittin: «Pour survivre, la RTS doit se transformer»

Publicité