ÉNERGIE

Genève renonce à l’énergie fossile pour son électricité

L’électricité fournie par les Services industriels de Genève sera entièrement renouvelable dès 2017. Elle sera aussi entièrement suisse

L’électricité fournie par les Services industriels de Genève (SIG) sera entièrement renouvelable dès 2017. Elle sera aussi entièrement suisse: un quart proviendra du canton de Genève et le reste, de barrages helvétiques.

«Genève tourne le dos aux énergies fossiles pour son électricité», s’est réjoui mercredi devant les médias le conseiller d’Etat Vert Antonio Hodgers, magistrat de tutelle des SIG. La régie publique autonome profite de l’échéance, fin 2016, d’un contrat avec une centrale à gaz au Luxembourg pour passer au 100% renouvelable. Cette importation ne représente toutefois que 5% de l’électricité fournie.

«De l’énergie renouvelable locale»

Dès janvier, l’électricité proposée par les SIG à ses usagers captifs – 90% des consommateurs genevois – sera aussi entièrement indigène. Aujourd’hui, 56% de cette électricité provient d’Europe. Ce changement se fait sans problème, selon le directeur général des SIG. «On trouve de l’énergie renouvelable locale», a relevé Christian Brunier.

La part de l’hydraulique et du solaire genevois passera de 23 à 25%. Le canton compte désormais 800 centrales photovoltaïques, et la production d’énergie hydraulique a augmenté de 4% grâce à la modernisation du barrage de Chancy-Pougny. Quant à la proportion d’électricité hydraulique suisse, produite essentiellement en Valais, elle fera un bond de 21 à 75%.

En passant à une électricité 100% renouvelable, Genève, qui avait introduit un article antinucléaire dans sa constitution en 1986, continue à figurer parmi les pionniers. «Le gouvernement a une politique très claire en matière de transition énergétique et fait confiance à son entreprise publique. Et les clients s’impliquent pour consommer mieux et moins», a salué Christian Brunier.

Publicité