Puisque le masque est devenu un accessoire quasi normal, alors la rentrée scolaire genevoise l’est aussi. Le canton ne prend pas le risque de le supprimer au cycle d’orientation (CO) et aux secondaires I et II, sauf en position assise si la distance peut être maintenue avec les collègues de classe. «Le masque a montré jusqu’ici qu’il permettait de limiter les dégâts, explique la conseillère d’Etat à la tête de l’Instruction publique (DIP), Anne Emery-Torracinta. C’est le moindre mal de démarrer cette année scolaire avec lui.»