Genève s’est habitué à vivre sur un grand train. Ce n’est pas en 2020 que le canton fera mentir cet usage, bien au contraire. Le Conseil d’Etat a présenté jeudi à la presse un projet de budget au déficit abyssal pour l’année prochaine, de 590 millions de francs.

«C’est un projet sans surprise, à cause de la recapitalisation de la Caisse de prévoyance de l’Etat de Genève (CPEG) et de la réforme fiscale de l’imposition des entreprises dont on connaissait l’impact à venir, déclare le président du Conseil d’Etat, Antonio Hodgers. Il faut y ajouter l’absence de coupes dans les prestations ordinaires. Compte tenu de ces éléments, le déficit de 590 millions est maîtrisé et gérable.» Voire.