Ceux qui pensaient que le climat politico-judiciaire genevois avait retrouvé un semblant de calme peuvent déchanter. La récente affaire des écoutes, impliquant des conversations entre des promoteurs et leurs avocats, a ressuscité toutes les amertumes et ravivé une sorte de méfiance viscérale envers le Ministère public. Cette nouvelle fièvre vient aussi de sortir de sa torpeur le Bureau du Grand Conseil qui, pressé par la défense des prévenus surveillés, annonce ce lundi sa décision d’initier le processus de désignation de quatre procureurs extraordinaires. La loi, prévoyant cette institution encore inconnue du canton, était entrée en vigueur au mois d’août sans susciter le moindre empressement.