Finances

Genève: Sandrine Salerno veut supprimer l’allocation forfaitaire

A la suite du rapport explosif de la Cour des comptes sur les frais professionnels de l’exécutif genevois, la ministre socialiste des Finances Sandrine Salerno propose de supprimer l’allocation forfaitaire des conseillers administratifs

La cheffe du Département des finances de la ville de Genève, Sandrine Salerno, veut supprimer l’allocation forfaitaire des conseillers administratifs. La magistrate va proposer de garder uniquement le remboursement des frais effectifs.

Lire aussi: Leurs dépenses publiées, les ministres genevois restent sous pression

Elle fera cette proposition à ses collègues dans le projet de budget 2019, a indiqué l’élue socialiste dans un entretien paru vendredi dans Le Courrier. C’est la première fois que la magistrate s’exprime depuis la publication la semaine dernière du rapport explosif de la Cour des comptes sur les frais professionnels de l’exécutif.

«Fixer des plafonds»

«Même s’il m’est difficile de remettre en question du jour au lendemain un système que j’ai pratiqué depuis douze ans, je dois entendre que pour les gens cela fait trop de facilités», a expliqué Sandrine Salerno. «Ils ont raison», a-t-elle ajouté.

Lire notre éditorial: A Genève, l’élan est brisé

La Cour des comptes avait relevé qu’en plus des remboursements des frais effectifs – 120 764 francs en 2017 pour l’ensemble de l’exécutif – les élus touchent annuellement une allocation forfaitaire pour frais professionnels de 13 200 francs chacun et 6500 francs de plus pour le maire. Sandrine Salerno a entendu l’incompréhension de la population sur ce «cumul des couches».

La socialiste se dit aussi «ouverte à fixer des plafonds» dans le nouveau règlement sur les frais professionnels des élus. Reste à savoir à quelle hauteur. «Au vu de la crise de confiance envers nous, je souhaite un dialogue constructif en Commission des finances pour aboutir à un règlement qui paraisse juste à toutes les parties», a-t-elle souligné.

Notre interview: «Pour les élus, le risque de se faire prendre est plus grand aujourd’hui»

Publicité