A Genève, le sort des crèches privées inquiète des élues municipales. Sommées de se conformer aux usages de la petite enfance et à la récente introduction du salaire minimum, certaines structures d’accueil se retrouvent menacées de faillite. Avec un risque: aggraver la pénurie déjà criante dans le canton où quelque 3000 places de crèche font défaut. Est-ce une stratégie pour mettre en difficulté les crèches privées dans le but de les municipaliser? «Les communes n’ont aucune compétence en matière de crèches privées», indique la conseillère administrative Christina Kitsos, chargée du Département de la cohésion sociale en ville de Genève. «Lier les crèches privées et la municipalisation du secteur subventionné n’a pas de sens.»