La Suisse témoin de l'Europe

A Genève, le souffle de l’esprit européen

Le 10 mai 1948, près de 800 délégués du Congrès de La Haye recommandent la création d’un Centre européen de la culture. L’écrivain suisse Denis de Rougemont, présent aux Pays-Bas après la réunion de Montreux, décide de le fonder à Genève

Le 25 mars 2017, l’UE fête les 60 ans du Traité de Rome, texte fondateur du projet européen aujourd’hui mis à mal par le Brexit et la montée des populismes. À cette occasion, nous republions notre grande série de l'été 2016 sur la manière dont la Confédération helvétique a nourri le projet de fédération européenne.


«C’est folie que de vouloir prédire objectivement. Ecoutons ce qui nous appelle. Nous ne sommes pas là pour prédire l’avenir, mais pour le faire.» Début juin 1948. Denis de Rougemont (1906-1985) devise, dans une salle lambrissée du palais Wilson à Genève, sur la mise en œuvre de la résolution culturelle du Congrès de l’Europe à La Haye, qui s’est achevé un mois plus tôt. L’écrivain neuchâtelois – dont la sœur est mariée au conseiller fédéral Max Petitpierre – était à La Haye le rapporteur de la commission culturelle présidée par le diplomate espagnol anti-franquiste Salvador de Madariaga. Lequel préconise, dans sa recommandation adoptée à l’unanimité, la création d’un Centre européen de la culture.

Banco! L’auteur de L’Amour et l’Occident, publié à Paris en 1939, a ramené des Etats-Unis, où il a passé une bonne partie des années de guerre, un optimisme inébranlable. A La Haye, où Winston Churchill a ouvert et clôturé les débats, De Rougemont a senti le souffle de l’esprit européen, tout comme son compatriote René Payot, du Journal de Genève. «C’est à ce congrès que reviendra la gloire d’avoir, pour la première fois, proclamé de façon formelle la nécessité qui s’impose aux nations de l’Europe de transférer certains de leurs droits souverains pour les exercer en commun», commente, le 22 mai, le fameux éditorialiste de la Cité de Calvin.

La réunion consécutive du début juin 1948, sur les bords du Léman, à laquelle participe Madariaga (dont la fondation qui porte son nom est toujours active aujourd’hui à Bruxelles, présidée par son neveu… l’ancien patron de l’OTAN Javier Solana) est relatée dans un entrefilet du Monde, à la suite des confidences du comte Richard Coudenhove-Kalergi. L’aristocrate tchèque naturalisé Français, figure de l’effervescence intellectuelle de l’après-guerre, a reçu en cette fin de printemps 1948 un journaliste du quotidien dans son chalet de Gstaad. Coudenhove lui lit ses notes, et prédit un grand avenir à l’initiative de Denis de Rougemont.

Le journal dirigé par Hubert Beuve-Méry ressort convaincu que la Suisse – qui s’est déjà illustrée avec le discours de Churchill à Zurich en septembre 1946 sur les «Etats-Unis d’Europe», puis un an plus tard avec le premier congrès des fédéralistes européens à Montreux – sera l’un des piliers de la reconstruction continentale et de l’indispensable réintégration de l’Allemagne: «Par inclination naturelle, par besoin de rester logiques avec eux-mêmes, par nécessité de ne pas s’abstraire du monde […], les citoyens de ce pays ne peuvent éprouver que la plus vive sympathie pour la consolidation de ce continent dont les divisions ont si souvent menacé leur existence», assène Le Monde.

Le Centre européen de la culture sera l’œuvre de Denis de Rougemont. Le 5 février 1949, celui-ci, assisté du Français Raymond Silva, reçoit du Mouvement européen (crée à La Haye) le mandat pour mettre sur pied un bureau d’études. Du 8 au 12 décembre 1949 se tient à Lausanne la Conférence européenne de la culture, dont le rapporteur n’est autre que l’un des pères du futur marché commun, le Belge Paul-Henri Spaak. La naissance du centre genevois est ensuite approuvée à Londres, le 21 janvier 1950. Un triple objectif lui est assigné: assister les forces culturelles en Europe, coordonner les initiatives, diffuser «l’esprit européen». Une tâche que l’Etat de Genève juge suffisamment importante pour lui allouer, d’abord, des bureaux au palais Wilson, puis au sein de la prestigieuse villa Moynier.

Denis de Rougemont est à bien des égards la bonne personne pour une telle œuvre. Convaincu des vertus du fédéralisme suisse et américain, il redoute les Etats du Vieux Continent, ces «empires manqués» dont il dénoncera bien plus tard, dans sa Lettre ouverte aux Européens, parue en 1970, «l’inadaptation morbide aux réalités politiques, économiques, techniques et démographiques». De Rougemont croit aussi aux utopies et sait affronter le dénuement qui, très vite, affectera son centre, en recherche constante de financements.

De 1933 à 1935, cet intellectuel-poète a décidé de vivre «au ras de la terre» – l’expression est de l’académicien français Pierre Henri Simon – dans une maison de pêcheurs de l’île de Ré, puis dans un mas du Gard, au pied des Cévennes. Il sait donc comment faire avec peu… dans ce champ de bataille idéologique que devient la culture au fur et à mesure que s’abat le Rideau de fer. «La création du centre, à Genève, eut une très forte résonance politique. N’oubliez pas que le combat intellectuel avait succédé au conflit militaire», explique le professeur Dusan Sidjanski, l’un de ses plus proches collaborateurs.

Avec Otto Abetz

De fait: ce qui se passe sur les bords du Léman porte la marque de l’affrontement Est-Ouest. Dès août 1948, le Congrès mondial des intellectuels pour la paix, soutenu par l’URSS, s’est tenu à Wroclaw en Pologne. En 1950, la CIA crée de toutes pièces à Paris le Congrès pour la liberté de la culture. La Fondation Ford, qui soutient de nombreuses activités universitaires à Genève, est un des canaux privilégiés de financement…

De Rougemont garde surtout rivé en lui cette intime connaissance de l’Allemagne, acquise en 1935-1936, lors d’une année passée à l’Université de Francfort. Il avait alors répondu à l’invitation du plus fameux diplomate culturel d’Hitler: Otto Abetz (1903-1958), futur ambassadeur de l’Allemagne nazie à Paris sous l’Occupation. En ces années 50, l’homme de lettres suisse voit dans le fédéralisme et le rejet de la nation au profit des régions une suite au personnalisme, ce courant qui donna en France naissance à la revue Esprit.

«Denis voyait dans les Etats-nations les grands responsables du chaos» confirme Dusan Sidjanski. Sa conception de l’esprit européen lui fera ainsi, très vite, prendre position contre l’Europe des Etats défendue par le général de Gaulle. «Je ne croirai jamais à cette amicale de misanthropes», pronostiquera, en 1970, dans un trait d’humour lucide, celui qu’André Fontaine, dans Le Monde, qualifiait «de bourgeois de Neuchâtel, humaniste et libéral, profondément conscient de l’universalité de la culture européenne».


De la Confédération helvétique à la fédération européenne

Tout ce que l’Europe doit à la Suisse: ainsi pourraient être résumées les 11 pages du supplément spécial que Le Monde consacre à la Suisse en cette fin d’année 1964, retrouvé par nos soins dans les archives du quotidien français. Gare, toutefois, à ne pas en tirer trop de conclusions. Malgré l’article signé en une par l’éditorialiste André Fontaine, l’opération est assez promotionnelle. Après le succès de l’Exposition nationale suisse de Lausanne, du 30 avril au 25 octobre 1964, Le Monde a senti le bon filon. Les publicités de plusieurs fleurons de l’économie helvétique (de Patek Philippe au Crédit Suisse en passant par Hoffmann-La Roche) en attestent, tout comme les deux éditoriaux d’Agostino Soldati, ambassadeur de Suisse à Paris, et Guy de Charbonnière, son homologue français à Berne.

N’empêche: le contenu de cette édition spéciale en dit long sur le climat de l’époque. En janvier 1963, rappelons-le, le général de Gaulle a fait barrage à l’entrée du Royaume-Uni dans la Communauté européenne instituée par le Traité de Rome de 1957. L’intégration fédéraliste voulue par Jean Monnet et les siens est de nouveau soumise à de rudes secousses. L’Europe a besoin d’alliés et, pour Le Monde, la Suisse en est un, même si son histoire si particulière illustre les difficultés de la souveraineté partagée: «Les crises internes de la Confédération, comme ses réussites dans la voie d’un fédéralisme librement consenti, avertissent les nations de l’Europe des Six des difficultés et des succès qui les attendent dans leur marche vers l’unification politique», prévient le journal d’Hubert Beuve-Méry.

Toutes les réalisations européennes qui ont eu lieu en Suisse sont recensées. Le Centre européen de la culture est en particulier salué pour son rôle décisif joué dans la création du Conseil européen de recherche nucléaire, le CERN, issu de la réunion à Genève, le 12 décembre 1950, des représentants d’instituts de recherche nucléaire, sous l’égide du Prix Nobel de physique français Louis de Broglie. L’empreinte helvétique est évidente. Evoquée une toute première fois lors de la Conférence européenne de la culture de Lausanne, en décembre 1949, la création du CERN est officialisée le 15 février 1952 à Amsterdam, où la décision est prise de l’implanter à la frontière franco-suisse, sur la commune de Meyrin, près de Genève.

Aux côtés du texte d’André Fontaine, l’article le plus éloquent est celui signé par Pierre Béguin, alors directeur de la Gazette de Lausanne. Son titre – «Le lien fédéral résiste à l’épreuve du temps» – résume le message dont la Confédération est, selon lui, porteuse: «L’idée de l’Europe unie et organisée, intégrée, constitue à l’évidence une force centrifuge avec laquelle nous serons tôt ou tard affrontés. Ce serait une erreur de ne pas la prendre au sérieux», analyse l’éditorialiste vaudois. Tandis qu’en dernière page – comme un avertissement – l’article de conclusion s’attarde sur «Les mythes et réalités d’un peuple de montagnards libertaires». Une radiographie qui sonne, déjà, comme un avertissement…


Les acteurs

Denis de Rougemont. Ecrivain et intellectuel suisse. Né en septembre 1906. Mort en décembre 1985. Auteur de Lettre ouverte aux Européens (1970) et du Journal d’un Européen (1974). Voir aussi: les Documents diplomatiques suisses

Salvador de Madariaga. Diplomate espagnol. Né en juillet 1886. Mort à Locarno en 1978. Antifranquiste. Préside la commission culturelle à La Haye en 1948. Cofondateur du Collège d’Europe de Bruges.

Paul-Henri Spaak. Homme politique belge et pilier de l’intégration communautaire. Né en 1899.
Mort en 1972. Premier président de l’Assemblée consultative du Conseil de l’Europe. Ouvre la Conférence européenne de la culture à Lausanne, en décembre 1949.

Conseil de l’Europe. Institué en 1949 par le Traité de Londres. Basé à Strasbourg. Dépositaire de la Convention culturelle européenne de 1954. Sa mission prioritaire est de promouvoir les droits de l’homme. La Suisse en est membre depuis 1963.


Episode précédent

De Zurich à Montreux, l’appel européen de Winston Churchill

Publicité