Genève

A Genève, le surendettement des jeunes est jugé «alarmant»

Le canton de Genève a annoncé mardi une série de mesures pour lutter contre le surendettement des jeunes. Un jeune sur quatre est endetté. Et la situation pourrait s’aggraver

Le canton de Genève a décidé de prendre le problème du surendettement des jeunes à bras-le-corps, vu l’ampleur du phénomène. Il a annoncé mardi intensifier ses efforts de prévention pour toucher presque tous les élèves du secondaire II, en collaboration avec le Centre social protestant (CSP).

«Les chiffres sont alarmants», a déclaré devant les médias la conseillère d’Etat genevoise Anne Emery-Torracinta, en parlant du surendettement des jeunes. Pour la responsable de l’Instruction publique, le problème pourrait même aller croissant, avec les nouveaux objets de consommation comme les téléphones portables.

A la rencontre des jeunes

Agir en amont apparaît comme une nécessité, avant que la situation ne devienne désespérée. Le canton et le CSP ont donc intensifié leurs efforts. Le nombre d’ateliers dans les classes a fortement augmenté, touchant un maximum d’élèves des centres de formation professionnelle, des écoles de commerce et de culture générale.

Un jeune sur quatre est endetté et plus de 80% des personnes surendettées ont contracté leurs dettes avant l’âge de 25 ans, a rappelé Mme Emery-Torracinta. Les jeunes qui ne sont pas allés au-delà de l’école obligatoire sont plus concernés par le fléau que les autres.

Les apprentis sont aussi plus exposés. Ils gagnent un petit salaire qui les pousse parfois à s’engager dans des dépenses inconsidérées. Les malheureux sont ensuite happés par la spirale de la dépendance dont ils ont toutes les peines à s’extraire, contractant de nouvelles dettes pour en honorer de plus anciennes.

Chercher du soutien

L’Administration fiscale cantonale peut avoir son rôle à jouer, en détectant les gens qui n’arrivent plus à verser régulièrement leurs acomptes d’impôt. Il faut dire aux jeunes de ne pas baisser les bras et de ne pas hésiter à demander conseil, a indiqué le conseiller d’Etat Serge Dal Busco, du Département des finances.

Les élèves se sont déclarés globalement satisfaits de participer aux ateliers, et ils estiment important de parler du surendettement, a expliqué le directeur du CSP Alain Bolle. Le CPS mène des actions de prévention depuis 2004. L’expérience montre que les gens ont tendance à demander de l’aide trop tardivement.

Publicité