Sujet polémique s’il en est. Le policier genevois plaidait principalement son acquittement, voire une exemption de peine, pour avoir fait son métier en prenant en chasse une voiture sur des quais bondés de monde. Le Ministère public demandait un verdict de culpabilité pour délit de chauffard et l’application de la sanction plancher de 12 mois en raison des risques totalement inconsidérés pris durant l’intervention. Le tribunal adopte finalement une voie plus nuancée. L’appointé, effectivement reconnu coupable de violations gravissimes du code de la route, peut quand même bénéficier d’une atténuation de peine en raison d’une conduite certes très dangereuse, mais pas complètement folle. Condamné à 9 mois de prison avec sursis durant deux ans, l’intéressé fera (évidemment) appel. Ce n’est pas le cas du procureur général Olivier Jornot qui se déclare «satisfait du jugement».

Lire aussi: A Genève, des policiers condamnés pour un jeu très dangereux