Genève 

A Genève, une initiative visant la destitution de Pierre Maudet échoue

Deux initiatives genevoises, l’une prévoyant la révocation d’un conseiller d’Etat ou d’un membre d’une autorité judiciaire, l’autre un ancrage constitutionnel du principe ont largement échoué récoltant un nombre de signatures insuffisant

A Genève, les deux initiatives visant à permettre la destitution d’un conseiller d’Etat ont largement échoué. Le texte visant la destitution de Pierre Maudet a récolté 1200 signatures, celui inscrivant le principe dans la Constitution 1100.

Lire aussi: L’initiative contre les rentes à vie des magistrats a récolté près de 8000 signatures à Genève

Roger Deneys, président du comité d’initiative, explique avoir reçu «des centaines d’enveloppes avec des signatures, jusqu’à aujourd’hui souvent signées par une ou deux personnes, prêtes à payer un franc pour renvoyer leurs signatures, un fait quand même remarquable», note l’ex-député.

Manque de soutien

«Mais, à l’exception du PS, nous n’avons pas reçu de signatures récoltées par les partis Verts et Solidarités sur les stands. Comme du côté du comité d’initiative, nous n’avions ni les moyens ni les disponibilités ni les forces pour monter nos propres stands de récolte, le résultat final est sans appel. Du côté du MCG et de l’UDC, le soutien n’était finalement pas non plus au rendez-vous malgré les grandes déclarations initiales.»

Lire également: Le don qui embarrasse Serge Dal Busco

«Le calendrier n’était certainement pas non plus le bon», relève le socialiste. «Alors qu’on espérait lancer les initiatives en janvier, nous les avons lancées fin avril… avant les votations de mai qui ont beaucoup mobilisé les partis (RFFA, CPEG)… mais les ont épuisées au niveau de l’énergie militante. Ensuite, les vacances d’été sont arrivées, sans stands ni rien.

Nouvel article

Intitulée «Non à la corruption et au mensonge, Oui à un pouvoir politique et judiciaire exemplaire», la première initiative demandait l’ajout d’un nouvel article dans la Constitution genevoise permettant la destitution de membres du Conseil d’Etat et des autorités judiciaires. Les initiants avaient jusqu’à jeudi pour récolter 7941 signatures valables.

Retrouvez notre dossier sur l’affaire Maudet

La seconde, de rang législatif, aurait constitué la première mise en application de cette modification constitutionnelle. Intitulée «Le peuple demande le départ de Pierre Maudet», elle visait la destitution pure et simple du conseiller d’Etat PLR «en raison des graves atteintes qu’il a portées à la dignité de son mandat». Pour ce texte, il aurait fallu récolter 5294 signatures.

Publicité