Dans la bouche du président des Verts genevois, Nicolas Walder, élu au Conseil national à la deuxième place derrière Lisa Mazzone, le terme choisi prête à sourire: «Notre objectif était deux sièges, mais on ne s’attendait pas à un tel tsunami!» Tournesol à la main, la joie de Nicolas Walder est bien compréhensible. Son parti passe de un à trois sièges au Conseil national, et l’insubmersible Lisa Mazzone caracole en tête pour le Conseil des Etats, suivie par le socialiste Carlo Sommaruga. Le taux de participation (36%) par contre n’a rien de glorieux.

Lire aussi le commentaire de notre journaliste: A Genève, l’abstentionnisme de droite sanctionne l’Entente