Avant même de connaître le sort que le Conseil d'Etat réservera aux oppositions déposées contre le complexe sportif et commercial de la Praille, le WWF a fait savoir mardi qu'il était favorable au nouveau stade et qu'il ne fera pas recours contre le projet. Et pour mieux convaincre de sa bonne foi, l'organisation écologiste a tenu à le dire en présence de membres du comité de soutien au Stade de Genève constitué il y a dix jours, présidé par Jean-Philippe Rapp.

D'emblée, Gérald Hibon, le directeur romand du WWF, est offensif: «Une campagne de presse a été menée contre le WWF et c'est faire preuve de myopie volontaire de ne voir en cette organisation que des Neinsager ou des écolos fondamentalistes. Nous n'avons jamais été opposés ni au stade ni au centre commercial.» Les objectifs sont autres: «Le WWF ne s'occupe pas seulement des animaux et des petites fleurs, mais doit aussi veiller à ce que des projets tels que le stade s'inscrivent dans un concept de développement durable.»

Après avoir rappelé que la réflexion du WWF sur l'urbanisation de la Praille avait débuté il y a deux ans, sa secrétaire régionale Françoise Chappaz s'est époumonée à répéter que seul le centre commercial, et non le stade, posait problème. La réflexion des autorités «n'est pas allée assez loin et n'a pas été visionnaire» et «le centre commercial devrait idéalement être déplacé dans une autre zone, mais cet enjeu n'est néanmoins pas suffisamment important pour justifier de bloquer tout le projet de la Praille». Et Gérald Hibon de conclure clairement: «Le WWF ne fera recours ni contre le stade de la Praille ni contre le centre commercial.» En écho, Me Marco Ziegler, le président de la «coordination transports», a rappelé que son organisation avait également déposé une opposition contre le projet de la Praille (Le Temps du 29 juillet 1999) et qu'elle était solidaire avec la position du WWF.

Les partisans du stade sont évidemment ravis, mais Jean-Philippe Rapp est resté sobre en susurrant quelques propos apaisants: «Le stade est indispensable. Il faut donc écouter les réserves des uns et les autres», s'est-il contenté d'indiquer.

Contacté pour commenter la nouvelle, Alain Rolland, directeur du secteur immobilier du groupe Jelmoli et promoteur du projet, n'a pas caché son contentement: «S'il s'agit de l'issue finale, elle est très positive. Le bon sens a fini par l'emporter», avant de conclure que «l'opposition aura même eu pour effet positif de permettre une meilleure desserte de transports publics du futur centre commercial, ce qui n'en sera que plus favorable à sa bonne marche».

Si cette absence d'opposition est effective, le chantier du futur Stade de Genève démarrera début décembre et le stade devrait être inauguré en juillet 2001, avant le début de la nouvelle saison de football. Servette n'aura alors du quartier qui l'hébergeait jusqu'ici plus que le nom.