Chassez le naturel, il revient au galop. Contraint à la discrétion d’un tout petit Département du développement économique, Pierre Maudet a retrouvé sa fibre de politicien hyperactif lors de cette crise sanitaire. L’occasion pour le conseiller d’Etat libéral-radical de se profiler comme le sauveur des petits patrons, des taxis et limousines, du tourisme, du Salon de l’auto, de la confiance numérique ou encore, tout récemment, des industries dites créatives. Et de tenter au passage de faire oublier ses ennuis judiciaires. Cette offensive est accueillie avec beaucoup d’agacement et de scepticisme, notamment au sein de son propre parti.