Pour le socialiste Rudolf Rechsteiner, Hans-Rudolf Merz se comporte comme s'il dirigeait une «république bananière». C'est pour ça que le bulletin «Sécurité dans la prévoyance vieillesse», dont il est le responsable éditorial, montre le ministre des Finances le visage déformé s'apprêtant à goûter une banane à demi pelée. Tout ça parce que le conseiller fédéral a décidé d'attribuer l'or de la Banque nationale (BNS) aux cantons plutôt qu'à l'AVS. Or, ce bulletin fait de la propagande en faveur de l'initiative socialiste qui veut priver les cantons des bénéfices de la BNS pour les attribuer à l'AVS. Qui glisse une peau de banane à qui?