Champion des extrapolations statistiques et de la pureté nationale, Ulrich Schlüer (UDC/ZH) s'est ému de lire dans le dernier numéro de la Revue suisse d'histoire, une publication financée par Berne, une affirmation du professeur Georg Kreis, président de la Commission fédérale contre le racisme, assimilant le fait de chanter l'hymne national dans la salle du Conseil national à du «néo-patriotisme primaire». Pascal Couchepin l'a rassuré: le Conseil fédéral n'a rien contre, «pourvu qu'on chante juste». Et à l'unisson, pas vrai?