L'institut bernois GfS a publié mercredi, dans un premier temps, un sondage à propos de la nouvelle péréquation financière, dans lequel il avait confondu les intentions de vote des régions linguistiques avec celles du scrutin sur les cellules souches. On constatera peut-être, le 28 novembre, que les chiffres faux étaient plus proches de la réalité que ne l'avaient été en septembre les prévisions de ce même institut pour le vote sur la naturalisation facilitée.