Depuis son bureau de l’Université de Lausanne, le politologue Georg Lutz peut apercevoir la Haute Ecole d’administration publique. A l’apparatus d’Etat, il a toutefois préféré la mécanique des partis. Observateur attentif de la mécanique fédérale, il constate la contraction des conservateurs, la montée annoncée des écologistes et l’embarras du PLR face au changement climatique. Aux cris de victoire des défenseurs de l’environnement, il répond cependant par un avertissement: la Suisse traditionnelle ne relâchera pas de sitôt son emprise sur le parlement. Le renouvellement de celui-ci aura lieu le 20 octobre.

Notre radiographie des partis:Vague verte et vents contraires: radiographie des partis à quatre mois des élections fédérales