Le projet de centrale géothermique à Saint-Gall est entré dans sa phase concrète. Le forage a débuté lundi à 7h00. Le but est de trouver de l’eau à 140 degrés à plus de 4000 mètres de profondeur et de construire une centrale qui alimentera la moitié des immeubles de la ville.

Pour le premier jour, les ingénieurs ont prévu de descendre jusqu’à une profondeur de 50 mètres. Fredy Brunner, «père» du projet de géothermie à Saint-Gall et membre de l’exécutif de la ville, espère que le trou de forage crachera «un nuage de vapeur» d’ici à la fin du mois de juin.

Ce projet représente un gros risque financier pour la ville. Les citoyens ont accepté à une large majorité en 2010 un crédit de 160 millions de francs. Les travaux auraient dû débuter à la fin de 2011. Le projet a pris du retard en raison d’oppositions et de l’impossibilité de trouver une tour de forage disponible.

Le risque sismique dans ce projet saint-gallois est faible, selon les experts. Les conditions sont très différentes de Bâle où un projet de centrale géothermique avait dû être abandonné en 2006 à la suite de séismes. Un risque minime subsiste tout de même à Saint-Gall. (ATS)