Vaud

Géraldine Savary abandonne: «C’est un jour triste»

«Tristesse», «surprise», telles sont les réactions du monde politique après l’annonce de Géraldine Savary de mardi. Pierre-Yves Maillard déplore la dureté des médias et estime que «le monde a changé»

«Je n’ai pas de pensée politique, mais amicale pour ma collègue Géraldine Savary», déclare le conseiller aux Etats vaudois PLR Olivier Français, après l’annonce mardi de la socialiste vaudoise de ne pas briguer de nouveau mandat à la Chambre des cantons et de se retirer de la vice-présidence du PS.

Lire également: Atteinte par la «pression permanente», Géraldine Savary ne se représentera pas en 2019

En septembre, le PLR sentait la sénatrice, qui a dit à la presse ne plus avoir la force de mener une campagne électorale, «déjà affectée» par les révélations liées à ses voyages controversés payés par le multimilliardaire Frederik Paulsen.

«Elle paie cher», selon Olivier Français, en référence à des politiciens du bout du lac empêtrés dans des affaires d’avantages indus. Avec le départ de Géraldine Savary, les Vaudois perdent «une représentante de qualité engagée qui a su se battre» et mérite le «respect».

Pas de jugement politique

Quid des 7000 francs offerts par le riche contribuable pour le financement du second tour des élections de 2011, qu’elle n’a pas signalés à son parti? Si Olivier Français estime qu’elle n’a rien fait de mal, il se garde de dire si cela était acceptable. Pierre-Yves Maillard, conseiller d’Etat vaudois socialiste, ne commente pas une éventuelle passivité du Parti socialiste.

Lire aussi: Les liaisons dangereuses de Géraldine Savary

Parlant d’un «jour triste» et «surpris» par cette annonce, celui qui est candidat au Conseil national pour les élections fédérales de 2019 dénonce la virulence des médias et la dureté de la vie politique, qui auront à l’avenir un «effet sélectif» sur les politiciens et politiciennes: «Le monde a changé», estime-t-il. N’excusant aucun comportement, il estime que sa collègue de parti n’a pas utilisé les dons de Frederik Paulsen à des fins personnelles, mais bien pour gagner le siège socialiste.

Quant à la section cantonale du PS, elle «prend acte des déclarations de Géraldine Savary». L’annonce de la sénatrice sera discutée au sein du comité directeur, qui se réunit ce soir. Le Parti socialiste vaudois ne fera «aucun autre commentaire dans l’intervalle», indique sa présidente, Jessica Jaccoud.

Publicité