Genève accueille mardi et mercredi prochain la «Conférence internationale sur les déplacés et réfugiés en Irak» alors que près de 50000 Irakiens fuient chaque mois les violences dans leur pays. Dans ce contexte-là, il serait plus que bienvenu que la Suisse accepte un contingent de réfugiés, histoire de montrer l'exemple. Voilà ce qu'espère le Haut-Commissariat de l'ONU pour les réfugiés (HCR), en comptant un peu sur la cheffe des Affaires étrangères, Micheline Calmy-Rey, pour faire passer le message à Christoph Blocher. Car c'est au chef du Département fédéral de justice et police (DFJP) qu'il revient de prendre une décision.

816 demandes en 2006

L'Office fédéral des migrations (ODM) lui a proposé plusieurs variantes, mais Christoph Blocher ne laisse pas encore transparaître son choix. Il pourrait par exemple décider d'accepter un petit contingent de réfugiés irakiens, ou aucun mais en revanche proposer d'augmenter l'aide dans les pays voisins de l'Irak. Mais même si Christoph Blocher est plutôt hostile aux contingents par crainte de créer des «appels d'air», on voit mal comment la Suisse pourrait décider de ne rien faire du tout sans susciter l'incompréhension de la communauté internationale. Le CICR vient de lancer un appel demandant «à tous ceux qui peuvent influencer la situation d'agir immédiatement» et le HCR espère des pays industrialisés qu'ils accueillent près de 20000 Irakiens jugés «particulièrement vulnérables».

Christoph Blocher a déjà accepté, sur demande du HCR, un contingent de dix réfugiés ouzbeks en août 2005. S'il s'agit d'accueillir moins de 100 Irakiens, la décision revient au seul ministre UDC, mais au-delà de ce nombre, la décision se prend au niveau du Conseil fédéral.

Selon les statistiques du HCR, les Irakiens ont pris la première place des demandeurs d'asile dans les pays industrialisés en 2006, les demandes passant de 12500 en 2005 à 22200 l'an dernier. En Suisse, 816 demandes ont été enregistrées en 2006 (contre 2100 pour l'Allemagne ou 9000 pour la Suède); 180 en janvier et février. Fin février, 3689 Irakiens au total se trouvaient dans la procédure d'asile en Suisse, dont 2673 bénéficiant d'une admission provisoire. En tout, 6800 Irakiens vivent actuellement en Suisse, ce qui représente une communauté relativement petite par rapport à d'autres pays européens.