L’affaire des dysfonctionnements à la RTS prend une ampleur nationale. Attendu lundi au sein de la Commission des transports et des télécommunications (CTT) du Conseil national pour aborder la question de l’aide à la presse, le directeur de la SSR, Gilles Marchand, devra s’exprimer sur le sujet qui agite bien au-delà de la Suisse romande. Des parlementaires de la commission sœur des Etats ont eux aussi fait une demande d’audition, prévue pour janvier 2021, comme l’a révélé la Tribune de Genève. De part et d’autre, une question brûle les lèvres: Gilles Marchand était-il au courant des comportements problématiques de plusieurs collaborateurs, dont l’ancien présentateur phare Darius Rochebin?

Gilles Marchand «coresponsable»

Au sein de la RTS, la crise s’intensifie et les réponses fournies par la direction le week-end dernier ne suffisent visiblement pas à balayer les critiques. Après le directeur actuel, Pascal Crittin, c’est désormais Gilles Marchand, directeur de la RTS de 2001 à 2017, qui est sommé de donner des explications. Dans un message interne envoyé mercredi à tous les collaborateurs de la SSR, il a ouvertement «regretté que des cas n’aient pas été traités de manière plus consciencieuse au moment donné» et reconnu être «coresponsable» des problèmes évoqués dans l’article «en tant qu’ancien directeur de la RTS et actuel directeur de la SSR». Mercredi, la direction de la RTS a également annoncé qu’elle suspendait les deux cadres mis en cause dans l’article, le temps qu’une enquête externe soit menée pour faire toute la lumière sur les faits évoqués.