Lors d'une conférence de presse tenue mardi soir, le Conseil d'Etat tessinois a présenté un premier rapport qui documente les formalités du séjour de Gerardo Cuomo au Tessin entre 1993 et 1999 malgré des condamnations antérieures en Italie. Ce dossier laisse plusieurs questions ouvertes, celles d'une «affaire complexe», a expliqué la présidente du gouvernement tessinois Marina Masoni.

Le Conseil d'Etat a pour cette raison demandé une enquête externe à trois avocats tessinois. Le mandat a été attribué à Giancarlo Crespi, Nello Bernasconi et Giorgio De Biasio. Ils devront notamment déterminer s'il y a eu un manquement dans l'administration cantonale. Le rapport présenté mardi amène déjà de nouveaux éléments chronologiques. Le permis de séjour B a par exemple été octroyé avant même que la police cantonale ait pu informer les autorités des condamnations antérieures de Gerardo Cuomo en Italie.

Un autre élément a été mis en évidence. Une réunion aurait eu lieu en 1999 à l'Office cantonal des étrangers entre son chef, Moreno Capella, et l'avocat de M.Cuomo, Fulvio Pezzati. Détail piquant: le juge Franco Verda était de la partie. Le document montre en outre clairement que différentes instances cantonales – l'Office des étrangers, la police, le Département de la justice et celui des finances – étaient au courant du trafic illégal de M.Cuomo.

L'ouverture d'une enquête administrative est le signe que nous voulons faire toute la lumière sur cette affaire, ont affirmé devant la presse Marina Masoni (PRD) et le chef de la Justice Luigi Pedrazzini (PDC). La publication d'une chronologie des événements confirme ce souci de transparence, selon eux.

ATS