Aller au contenu principal
Encore 1/5 articles gratuits à lire
Laura et Xavier Justo, lors de leur mariage en Thaïlande, avant que la condamnation du Genevois pour tentative de chantage envers PetroSaudi ne sépare le couple en 2015.
© LDR

Corruption

Gracié, le témoin clé dans l’affaire 1MDB serait en danger

Le nouveau roi de Thaïlande a accordé son pardon à Xavier Justo, le Genevois à l’origine de la fuite liée au scandale financier de la décennie. Mais l’ordre aurait été donné en Malaisie de ne pas le laisser quitter Bangkok vivant

Le Genevois Xavier Justo, condamné à trois ans de prison ferme à Bangkok pour avoir tenté de faire chanter son ex-employeur PetroSaudi, pourrait prochainement quitter la Thaïlande en homme libre. Depuis que cette hypothèse a été maladroitement éventée dans les médias asiatiques, son épouse réfugiée à Genève craint que son mari ne soit en danger. «Tant qu’il n’est pas définitivement hors de portée, j’ai peur pour sa sécurité», résume Laura Justo, contactée par «Le Temps».

Lire aussi: Trop riches, trop jeunes, trop vite: comment les milliards de 1MDB ont rendu fous deux Genevois

Selon la journaliste d’investigation Clare Rewcastle Brown, deux sources de très haut niveau ont confirmé mercredi soir qu’un contrat pesait sur la tête de Xavier Justo. Objectif: s’assurer que le Genevois à l’origine de la fuite de données ayant révélé le détournement de plusieurs milliards de dollars du fonds souverain 1MDB soit victime d’un «accident» pendant sa sortie de prison, soit avant qu’il ne prenne son avion pour la Suisse.

Berne, en alerte maximum?

Les instructions viendraient de Kuala Lumpur. «Il est prévu d’utiliser des agents locaux bien introduits auprès des organismes thaïs officiels», précise l’enquêtrice britannique, sur son blog «Sarawak Report». La Confédération – via son ambassade à Bangkok – doit prendre au sérieux ces menaces. «Mon mari est considéré comme un ennemi public en Malaisie. Les personnes qui lui en veulent, notamment celles qui ont participé à son incarcération et influencé depuis tout ce temps les autorités thaïlandaises, disposent de moyens considérables pour parvenir à leurs fins. J’espère que la diplomatie suisse mettra tous les moyens en œuvre pour qu’il n’arrive rien à Xavier», confie Laura Justo, qui n’exclut pas non plus le risque d’enlèvement.

Dans son premier geste de compassion, une tradition pour tout nouveau monarque qui se respecte, le roi de Thaïlande intronisé le 1er décembre dernier Maha Vajiralongkorn a gracié quelque 30 000 détenus. Parmi les condamnés affranchis, dont la libération anticipée est sur le point d’être officialisée: des femmes incarcérées pour la première fois, des prisonniers handicapés ou des malades. Mais aussi les détenus dont la peine est inférieure à un an.

Pardon royal à double tranchant

Xavier Justo, dont la condamnation a finalement été abaissée de moitié en septembre dernier par le défunt roi Bhumibol, fait partie de cette dernière catégorie. Paradoxe: c’est en raison de cette réduction de peine que le Genevois s’était vu refuser, il y a trois mois suite à une visite inattendue du premier ministre malaisien Najib Razak en Thaïlande, sa demande de transfèrement en Suisse, normalement prévue dans le cadre d’un accord bilatéral signé entre Berne et Bangkok.

Lire aussi:  Le scandale 1MDB expliqué en 3 minutes

Xavier Justo peut-il espérer son retour à Genève pour Noël, comme l’affirme son avocat thaïlandais Worasit Piriyawiboon, qui n’en est pas à ses premières promesses non tenues? Les détenus locaux sont censés être libérés les premiers, dans un délai de trois à sept jours après le pardon royal. La procédure pour les prisonniers étrangers, en revanche, peut durer davantage. Parfois des mois, ce d’autant que le FBI souhaite interroger Xavier Justo au plus vite. En effet, ce dernier est le témoin numéro un de l’affaire 1MDB qui fait l’objet d’une procédure civile aux Etats-Unis.

Publicité
Publicité

La dernière vidéo suisse

Des gilets à 3000 francs pour l'armée suisse? Le débat divise le parlement

Le Conseil national a refusé de suivre l'avis du Conseil des Etats. Celui-ci voulait réduire de moitié la facture des nouveaux gilets de l'armée suisse. Il a été convaincu par les arguments du chef du DDPS, Guy Parmelin. La question reste donc en suspens.

Des gilets à 3000 francs pour l'armée suisse? Le débat divise le parlement

n/a