Enlèvement

Le grand banditisme français frappe très fort en terre vaudoise

La fille d'un convoyeur de fonds a été enlevée à Lyon et son père a remis le contenu d'un fourgon blindé à trois braqueurs sur une aire d'autoroute près de Chavornay. Ils ont pris la fuite en Porsche. Le butin s'élèverait à 20 ou 30 millions de francs

Un convoyeur de fonds français travaillant en Suisse a détourné jeudi soir le véhicule dont il avait la charge pour le livrer à des individus qui avaient enlevé sa fille à son domicile, a annoncé vendredi la police vaudoise, confirmant des informations de la radio française Europe 1.

La remise d’argent, portant sur plusieurs millions, s'est déroulée près de Chavornay dans le canton de Vaud.

La police vaudoise a précisé le déroulement des faits dans un communiqué. «Jeudi 8 février vers 19h45, un fourgon blindé qui transportait des fonds circulait sur l’A1 en direction de Lausanne. Contraint de sortir de l’autoroute, il a été braqué par des hommes cagoulés et armés à la hauteur de Chavornay. Les auteurs ont ensuite pris la fuite dans une direction inconnue. La fille de l’un des convoyeurs était retenue en otage en France. Elle a ensuite été relâchée par ses ravisseurs. Il n’y a pas de blessé.»

Selon la police vaudoise, le fourgon de transfert de fonds a été «contraint par un complice» de sortir de l’autoroute et de se garer sur un parking près de Chavornay. «Là, plusieurs hommes armés qui attendaient le fourgon l’ont fait se garer, poursuit le communiqué de la police. Ils ont ensuite braqué les convoyeurs, dévalisé l’entier du fourgon et pris la fuite à bord d’un véhicule SUV 4x4 de type Porsche de couleur foncée. Les auteurs ont pris une direction inconnue et n’ont pas été rattrapés.»

Hommes vêtus de noir

Les policiers vaudois sont désormais à la recherche de «trois hommes, environ 170-175 cm, corpulence normale, vêtus entièrement de noir, cagoulés et gantés, parlaient français avec un accent, peut-être du sud de la France ou d’Afrique du nord.»

Les personnes susceptibles de fournir des renseignements sont priées de contacter la centrale de la Police cantonale vaudoise au 021 333 53 33 ou le poste de police le plus proche.

Selon des sources policières françaises citées par les agences de presse, le véhicule contenait entre 20 et 30 millions de francs suisses, un chiffre encore en cours de vérification. La police vaudoise ne commente ni ne confirme ce montant.

La fille du convoyeur avait été enlevée jeudi soir à Lyon, où elle est étudiante, par deux hommes qui se sont fait passer pour des plombiers, selon une source proche de l’enquête française citée par l'AFP.

Choquée

Très choquée, elle raconte alors avoir été enlevée à 18h30 dans son appartement puis séquestrée dans le véhicule des ravisseurs. Pendant ce temps, selon une source policière, «des personnes se disant en lien avec les ravisseurs» contactent au téléphone son père qui travaille en Suisse pour une société de transport de fonds, et lui réclament une rançon.

D'après les premiers éléments de l'enquête, le père accepte alors de se rendre au rendez-vous fixé par les malfrats, sur le parking d'autoroute près de Chavornay, pour leur remettre la rançon: le contenu du fourgon.

Aucune interpellation n'était intervenue vendredi à la mi-journée dans cette affaire, ni en France, ni en Suisse. «La collaboration avec les autorités françaises se passe bien, il y a une collaboration étroite entre les autorités policières et judiciaires suisses et françaises», précise le procureur adjoint du canton de Vaud Franz Moos. 

Étudiante à Lyon, dans l'est de la France, la fille du convoyeur, âgée de 22 ans, a été découverte par un passant qui l'a amenée à la gendarmerie, jeudi à 21h40, au bord d'une route sur la commune de Tramoyes, à une vingtaine de kilomètres de Lyon.

Toujours choquée, la jeune femme était entendue vendredi matin par les enquêteurs français. «Nous n'avons pas de raison de mettre en doute sa parole», a déclaré à l'AFP une source proche du dossier, pour qui «on est dans du grand banditisme».

Et «beaucoup de points restent à éclaircir», souligne-t-on côté français, alors que «l'enquête ne fait que démarrer et va prendre du temps».

Selon la radio française Europe 1, qui a révélé l’affaire, le convoyeur est domicilié à Annemasse, près de Genève.

Vérifications 

«Selon ses premières déclarations, il s’est rendu au rendez-vous fixé par les malfrats en Suisse, écrit Europe 1 sur son site internet. Là, le gang d’au moins trois hommes aurait emporté le contenu du fourgon […], soit plusieurs millions de francs suisses, selon les premières informations, en cours de vérification par les enquêteurs.»

Lire aussi: A La Chaux-de-Fonds, les lingots de la peur

«A ce stade, l’enlèvement et la séquestration de la jeune femme ne semblent faire aucun doute, précise Europe 1. En revanche, la version du père fait l’objet de toutes les vérifications qui s’imposent.»

Publicité