Genève

Grève des contrôleurs prévue à Genève Aéroport 

Le syndicat des contrôleurs du ciel a déposé un préavis de grève pour le 23 juillet, qui montera en puissance. Les aéroports de Sion, Berne, Lugano, Granges et Emmen seront aussi concernés. Annulations et retards à prévoir

C'est une mauvaise nouvelle pour tous les vacanciers qui prendront un avion le lundi 23 juillet et les jours suivants. Skycontrol, le syndicat de contrôleurs aériens représentant plus de 190 membres, part en guerre contre leur entreprise Skyguide. En cause: la convention collective de travail (CCT) proposée par leur employeur n'est pas de leur goût. «Une mascarade de CDCT», estime le syndicat.

Une grève en crescendo

Il a donc remis mardi matin un préavis de grève à la direction du groupe. Le mouvement touchera le centre de contrôle régional de Genève, Genève Aéroport, mais aussi Sion, Berne, Lugano, Granges et Emmen. Zürich en revanche ne suit pas. Il ira crescendo, avec un premier débrayage prévu lundi matin de quatre heures, suivi le lendemain par un débrayage de huit heures, et dès le mercredi pour toute la journée, soit de 6 heures à 24 heures 30. Sans réaction de la part de la direction de skyguide, le mouvement sera reconduit, annonce le syndicat. Selon ce dernier, il touchera une cinquantaine de vols par jour, ainsi que 3500 survols aériens de la Suisse.

CCT rejetée à 77,2%

«Nous ne sommes pas favorables à la grève, c'est vraiment l'ultima ratio», explique le président de Skycontrol, Maximilien Turrettini. Qu'est-ce donc qui fâche les contrôleurs aériens? Voilà environ un an et demi qu'ils ne sont plus au bénéfice d'une CCT. Les négociations n'ont pas abouti, y compris une tentative de médiation externe. Le syndicat a donc demandé à saisir la Chambre des relations collectives de travail (CRCT). Mais suite à un vote organisé par cet organisme, la CCT proposée par Skyguide a été rejetée par 77,2 % des membres du syndicat.

Pour les employés, la première revendication, c'est les jours de repos: «Comme nous sommes déjà en sous-effectifs, la répartition nous conduit à devoir parfois travailler six jours d'affilée, avec un jour de pose, suivis de cinq nouvelles journées de travail», avance Maximilien Turrettini. Ils exigent donc 125 jours de repos annuels. «Et nous refusons la proposition de la CCT qui consiste à échanger des jours de formation continue contre du repos», poursuit le président du syndicat. La seconde revendication porte sur une augmentation annuelle de salaire de 1,8% depuis 2017 pendant 3 ans - le manque à gagner de 2017 à faire valoir sur les années suivantes -, ou une augmentation des jours de repos annuels équivalente. Enfin, un moratoire jusqu'en 2020 sur les modalités de la caisse de retraite pose aussi problème aux employés, qui craignent une hausse de l'âge de la retraite (56 ans ou 59 ans actuellement, selon les affectations).

Publicité