Élections fédérales

Le groupe du centre est né au parlement fédéral

Le PDC, les trois rescapés du Parti bourgeois-démocratique et les trois représentants du Parti évangélique formeront un groupe commun. Celui-ci constituera la troisième force au Conseil national

C’est fait: le groupe parlementaire du centre est né. Il réunira les élus fédéraux du PDC, du Parti évangélique (PEV) et du Parti bourgeois-démocratique (PBD). Durant la dernière législature, les deux représentants – une Bernoise et un Zurichois – du PEV faisaient déjà cohorte commune avec les démocrates-chrétiens. Ils sont désormais trois, grâce au siège supplémentaire conquis en Argovie. Les trois rescapés du PBD, qui ne sont plus en mesure de former leur propre groupe parlementaire, ont finalement décidé de les rejoindre. Leur président Martin Landolt, lui-même réélu, a mené des tractations avec le PDC et avec le PLR, pour finalement retenir la première solution.

La formation se nommera «Le groupe du centre. PDC-PEV-PBD». Elle comptera 31 membres au Conseil national. Ce sera la troisième force de la Chambre basse, derrière l’UDC (54 membres, éventuellement 55 avec l’élu de l’UDF Andreas Gafner) et le PS (39). Il devancera le PLR, qui n’y compte que 29 hommes et femmes. La composition exacte du groupe du centre dépendra du Conseil des Etats, où des seconds tours sont encore ouverts dans plusieurs cantons. Le PBD y a perdu son unique siège et le PEV en est absent.

Partis au coude-à-coude

Le PDC compte déjà 11 sénatrices et sénateurs et peut espérer en avoir quatre autres. Le PLR n’en a que sept pour l’instant mais peut viser jusqu’à huit de plus. Cela signifie que, une fois le Conseil des Etats définitivement formé, le PDC et le PLR seront au coude à coude en nombre d’élus fédéraux. Ils devanceront les Verts, qui peuvent encore ajouter quatre sénatrices aux 30 élues et élus (28 au Conseil national et 2 au Conseil des Etats) qu’ils comptent déjà.

Lire aussi: Le PDC stoppe sa chute

Au-delà des chiffres, il y a le rapport de force politique. Le groupe du centre espère peser de tout son poids pour sortir des blocages de gauche et de droite et annonce, dans une déclaration commune des trois partis qui le composent, qu’il fera tout pour éviter «une législature perdue supplémentaire». Il veut privilégier la culture du dialogue et du partage. Annoncée par les dirigeants du PDC, du PBD et du PEV, sa constitution devra encore être avalisée par le groupe parlementaire lui-même, qui se réunit pour la première fois le 22 novembre. Ce ne sera qu’une formalité. Et cela confirme que la nouvelle législature sera beaucoup plus ouverte que la précédente, les majorités étant susceptibles de changer considérablement d’un thème à l’autre.

Publicité