Fribourg

Guerre des clans: coup de théâtre au tribunal

La Cour d’appel de Fribourg est revenue sur la condamnation à la prison à vie de deux participants à l’exécution d’un homme d’origine kosovare dans le cadre d’une vendetta. Leurs peines sont allégées, pour la plus grande déception des proches de la victime

C’est un coup de théâtre, un nouveau rebondissement dans cette retentissante affaire de l’assassinat de Frasses qui en a déjà connu tant. Ce mercredi, la Cour d’appel pénale du Tribunal cantonal de Fribourg a modifié le verdict de première instance. Elle a ainsi reconnu partiellement les recours des deux accusés, Bashkim L. et Fljorin A., condamnés, le 29 janvier 2016, à la prison à vie pour assassinat, reconnus coupables d’avoir froidement abattu un père de famille, Selim E., dans le cadre d’une longue guerre meurtrière entre clans kosovars.

Lire aussi: A Fribourg, crime de sang et châtiment

Le premier jugement n’a pas résisté aux nombreuses zones d’ombre qui entourent toujours le déroulement des faits. Ne pouvant prouver que les deux hommes sont ceux qui ont ouvert le feu sur Selim E., les juges ont donc allégé leur peine. La Cour d’appel condamne donc Fljorin A. à 9 ans de détention pour complicité d’assassinat et infraction à la loi fédérale sur les armes. Pour le tribunal, il est en tout cas certain que le Macédonien de 34 ans a participé au crime, notamment en prenant part à une séance préparatoire et en aidant à acquérir les armes.

Pour les défenseurs de Fljorin A., ce nouveau jugement est «une victoire de la justice, autant qu’un soulagement». «Le tribunal a refusé de confirmer une erreur judiciaire majeure», s’est félicitée Yaël Hayat. Pour le second avocat, Simon Perroud, l’important est que son client ait été reconnu comme n’étant pas un assassin. Actuellement détenu au pénitencier de Bochuz, l’homme, qui a déjà purgé 5 ans de prison, pourrait entrevoir une libération ces prochaines années.

Alibi et exfiltration

Quant à son comparse, Bashkim L., en fuite depuis son évasion de septembre 2017, il a été condamné à 20 ans de détention pour assassinat. Ce Kosovar de 36 ans a été reconnu comme coauteur, vu sa lourde implication. Proche de l’un des deux clans, il a conduit les tireurs à Frasses, organisé leur point de chute, leur alibi et leur exfiltration du pays.

Lire également: Assassinat de Frasses: les doutes du procureur

La déception était par contre palpable du côté des avocats des proches de Selim E., même si ce revirement de la justice ne représentait pas une surprise complète. «Face à cette réduction de peines pour la participation à un crime aussi horrible – un père sauvagement abattu devant ses enfants –, la famille peut légitimement penser que la vie humaine a peu de prix», relevait Me Stefan Disch. Surtout que le mystère reste total sur l’identité des tireurs. Un troisième homme, mis en cause par les deux accusés, aurait pu être impliqué. Mais l’individu a lui-même été abattu au Kosovo quelques mois après l’assassinat de Frasses.

Le verdict de la Cour d’appel ne sera certainement pas le dernier chapitre de cette affaire «hors du commun et extrêmement complexe», comme l’ont décrite les juges. Des recours au Tribunal fédéral ne sont pas exclus. Sans oublier que la vendetta n’est pas terminée. Les membres des clans pourraient être tentés de recourir cette fois à leur propre justice.

Publicité