La guerre en Ukraine ne pose pas que des questions de logistique pour l’accueil des réfugiés; la politique des «frontières ouvertes» avec l’Ukraine ou la Moldavie a aussi des conséquences très concrètes sur la sécurité. C’est le sujet qui a réuni lundi à Prague les ministres de l’Intérieur de l’UE ainsi que la conseillère fédérale Karin Keller-Sutter, qui en a discuté avec le ministre de l’Intérieur ukrainien, Denys Monastyrsky.