Depuis le début de la guerre en Ukraine, l’élan de solidarité a été important à Genève. Il s’est aujourd’hui affaibli. C’est le constat posé par les autorités cantonales ce mardi, au moment de lancer une vaste campagne de communication. L’enjeu: trouver de nouvelles familles disposées à accueillir des réfugiés ukrainiens. Alors que 2000 arrivées sont attendues d’ici à la fin de l’année, les possibilités d’hébergement approchent la saturation. «Nous sommes à un tournant», a reconnu le conseiller d’Etat Thierry Apothéloz, appelant les Genevois à faire preuve de générosité.