«La sécurité ne va pas de soi et n’est pas gratuite.» Alors que la guerre en Ukraine ravive le débat autour de l’armement en Suisse, la ministre de la Défense Viola Amherd a pris position dans une interview à la SonntagsZeitung. A ses yeux, la Suisse doit sérieusement songer à sa protection et renouveler ses équipements militaires. Face à la droite qui réclamait une augmentation du budget annuel de l’armée de 2 milliards de francs, la conseillère fédérale ne se dit pas opposée à une telle rallonge «à long terme».