Une crise en chasse une autre. Le Conseil fédéral venait à peine de lever les principales mesures covid que la guerre éclatait en Ukraine, sous les coups de boutoir de l’autocrate russe Vladimir Poutine. Bien qu’indirectement touchée, la Suisse a un rôle à jouer, preuve en est le vif débat sur la politique de neutralité, déclenché par la reprise des sanctions de l’Union européenne (UE) à l’encontre de Moscou. Dans cette crise internationale, c’est le Conseil fédéral qui tient les manettes. Le Temps analyse l’action des cinq ministres les plus au front.