Corruption

Gulnara Karimova gagne une manche contre le parquet fédéral

La Cour des plaintes estime que la fille de l’ancien président ouzbek pourrait bien avoir son mot à dire dans la confiscation de 350 millions de francs sur les comptes suisses de la société Takilant

Le dossier ouzbek se complique encore pour le Ministère public de la Confédération (MPC). La fille de feu l’ancien président Islam Karimov, actuellement détenue dans une prison près de Tachkent, a réussi à faire geler une décision qui confisque quelque 550 millions de francs bloqués en Suisse, dont notamment 350 millions sur les comptes de la société Takilant. Gulnara Karimova, ancienne ambassadrice auprès de l’ONU à Genève, affirme être l’ayant droit économique de ces fonds et surtout détenir les procurations nécessaires pour s’opposer à la mesure prononcée par le parquet fédéral.

«Victoire importante»

Une ordonnance de la Cour des plaintes du Tribunal pénal fédéral, datée du 1er juillet dernier et dont Le Temps a obtenu copie, estime qu’il est «parfaitement plausible» que Gulnara Karimova détienne le pouvoir d’engager Takilant et donc de recourir en son nom contre le sort réservé aux fonds. Avant de trancher le recours qui influera sur le destin de ces sommes colossales, les juges attendent encore de savoir si la société – radiée en cours d’enquête pour une histoire de défaut de comptabilité – obtient sa réinscription au registre de Gibraltar.