Sécurité. Le mot est d’actualité. Mais c’est en toute simplicité que le ministre suisse de la défense a commencé cette journée du 1er Août, en participant au traditionnel Brunch à la ferme. Certes, la ferme des Siegenthaler, à Münsingen, a fait l’objet d’une visite sécuritaire préalable. Et trois agents surveillaient très discrètement les lieux où près de 600 personnes étaient rassemblées.

Mais pas de chichis, et le dispositif est habituel. Guy Parmelin, chemisette rose et pull sur l’épaule, est arrivé tranquillement, à 9h30. Point de discours, ni de flonflons. D’ailleurs, les convives ont fait comme si de rien n’était, trop occupés à s’attabler et à déguster les produits de la ferme.

Guy Parmelin est dans son élément. Lui-même agriculteur et viticulteur avant de revêtir le costume de conseiller fédéral, il a mille questions à poser aux Siegenthaler. Et en allemand s’il vous plaît. Un correspondant de la télévision régionale estime d’ailleurs que Guy Parmelin parle mieux l’allemand que Johann Schneider-Ammann le français.

Un intérêt particulier pour les porcelets

Durant la visite de l’exploitation, le conseiller fédéral s’est spécialement intéressé aux porcelets. «ça me rappelle les nuits durant lesquelles moi-aussi je veillais des bêtes qui devaient mettre bas», explique-t-il.

Mais en ce 1er Août, le Vaudois ne peut passer à côté de son thème de prédilection en sa qualité de chef du Département de la défense, de la protection de la population et des sports: la sécurité. «Pour garder un pays libre, il faut garder un pays sûr», va-t-il marteler tout au long de la journée. Lui-même se plaît à déambuler librement. «Par chance, nous pouvons encore vivre normalement en Suisse», dit-il. «Wir sind normal», répond-t-il à un confrère alémanique, en référence à la présidence normale de François Hollande. «Sauf que chez nous, c’est du concret», poursuit-il.

Le tour de Suisse du ministre des sports

Guy Parmelin a choisi de se rendre dans toutes les régions linguistiques du pays. Après Rorschach (SG) dimanche soir et Münsingen en matinée, il se rend à Tenero pour visiter le Centre sportif national pour la jeunesse. Sur le chemin du retour, une halte est prévue à Kandersteg, à l’invitation de l’ancien conseiller fédéral Adolf Ogi. Sa journée se termine à Avenches où il fera un discours dans le cadre du festival Rock’Oz’Arènes.


Innovation, cohésion et araignée noire

Les conseillers fédéraux étaient sur les routes pour fêter le 1er août. Le président de la Confédération, Johann Schneider-Ammann a prononcé le discours officiel depuis le site de l'EPFL à Lausanne. Moins décapant qu'à l'occasion de la Journée des malades, placée sous le thème du rire et de la santé, il a misé sur des valeurs sûres: la formation, l'innovation et l'indépendance. Après Lodano (TI) le 31 juillet, il a commencé la journée de lundi par un traditionnel brunch à la ferme à Bussy-Chardonney (VD), avant de se rendre dans les cantons de Zurich puis de Berne.

Ueli Maurer est le conseiller fédéral qui détient la palme des 1er août, avec un passage dans six communes suisses allemandes, entre dimanche et lundi soir. Fidèle à son style, il s'est inspiré de «L'araignée noire», de Jeremias Gotthelf. Cette histoire présente des «parallèles stupéfiants et inquiétants avec l'époque actuelle», a dit M. Maurer, qui s'est saisi de ce texte pour plaider en faveur de la rigueur budgétaire et de la souveraineté. Il s'est également permis une entorse à la collégialité en exprimant son rejet d'un accord institutionnel avec l'Union européenne qui imposerait à la Suisse de reprendre le droit communautaire.  

Doris Leuthard, Didier Burkhalter, Alain Berset et Simonetta Sommaruga se sont contentés d'une seule apparition officielle. Liberté, sécurité, cohésion, confiance, tradition humanitaire, ouverture: tels ont été leurs thèmes de prédilection, avec en filigrane le futur des relations avec l'UE.  

Une fête populaire

Près de 1400 personnes se sont rendus lundi sur la mythique prairie du Grütli pour y écouter l'ancienne procureure fédérale Carla del Ponte. La manifestation s'est déroulée sans incident. Tradition devenue incontournable, le Brunch à la ferme a pour sa part accueilli 140'000 personnes dans 360 exploitations agricoles. Autre incontournable, le Palais fédéral était également en fête. 3200 personnes ont visité les lieux.  

(Magalie Goumaz, avec ATS)


 A l’occasion du 1er Août