C’était le 10 septembre 2001. Une longue colonne de quelque 130 tracteurs se met en route depuis l’Arc lémanique pour rejoindre la place fédérale à Berne. Les vignerons occupent ce lieu mythique des colères populaires pour signifier leur fait au chef de l’Economie d’alors, Pascal Couchepin. Dix-huit ans plus tard, la manifestation sera moins bruyante le lundi 2 décembre. La vague verte est passée par là. Mais les soucis, les douleurs et les revendications sont presque les mêmes, comme si le temps s’était arrêté.