Qui dit politique agricole, dit souvent débats animés! L’ancien conseiller fédéral Johann Schneider-Ammann en sait quelque chose: en 2018, les milieux politico-paysans lui avaient brutalement renvoyé sa stratégie. Aujourd’hui, le climat s’est apaisé. Le nouveau ministre qui en est chargé, le vigneron de métier Guy Parmelin, n’y est pas étranger. Mais faire passer des projets demeure périlleux. Ainsi, la politique agricole devant chapeauter les années 2022 et suivantes – la PA22 + – n’a pas franchi l’écueil du parlement. Les deux Chambres l’ont suspendue entre fin 2020 et début 2021: trop de charges administratives, trop d’exigences environnementales, moins de revenus. En lieu et place, le Conseil fédéral a été prié de produire un rapport échafaudant la stratégie à long terme.