Projet

Haro sur les coûts de la santé

Les primes maladie augmentent chaque année et les porte-monnaies des Suisses souffrent. Pour économiser, le Conseil fédéral propose plusieurs mesures. Les acteurs de la branche sont partagés

Les coûts de la santé prennent les Suisses à la gorge. Le baromètre électoral de juin 2019 révèle même qu’ils figurent en tête des préoccupations nationales. Les chiffres sont éloquents, ainsi que l’a présenté ce mercredi Alain Berset: «Ce dernier quart de siècle, les primes ont augmenté en moyenne de 4% par an.» Et ce n’est pas près de s’arrêter: «Après une accalmie en 2018 (+1,2%), les coûts devraient à nouveau fortement augmenter cette année», déplore le conseiller fédéral. Pour enrayer cette spirale ascendante, le ministre a présenté une nouvelle réforme, transmise au parlement. Son but: économiser jusqu’à 500 millions de francs par an.

Limer les coûts, partout où c’est possible

«Les coûts augmentent pour trois raisons principales, explique Alain Berset: le vieillissement de la population, le progrès technique et le volume des prestations fournies. Les deux premiers sont salutaires, le troisième doit être surveillé pour ne pas aller au-delà de ce qui est nécessaire.» Pour agir sur ce dernier point, le Conseil fédéral avait tout d’abord consulté un groupe d’experts internationaux. En 2018, ces derniers avaient émis 38 mesures. Après avoir consulté les milieux concernés helvétiques, elles ont été réduites à neuf.