Les jeunes désertent l’armée. Depuis l’abolition en 2008 de la commission chargée d’ausculter les «conflits de conscience» des réfractaires à l’uniforme, le peloton des civilistes grossit et les tenues vertes n’ont plus la cote. Pire, les militaires déjà enrôlés quittent toujours davantage les drapeaux avant la fin de leurs obligations pour devenir civilistes – et mettent en danger les effectifs de l’armée.