Le sénateur Jean-Claude Carle (UMP) a sans doute parfaitement résumé la soirée électorale de dimanche : « Nous sommes sortis du bipartisme car nous avons désormais la gauche, la droite et puis le Front national (FN) ».

Département qui vote traditionnellement à droite, sauf Annemasse qui est un bastion socialiste, la Haute-Savoie voit le FN faire de bons scores à l’occasion de ces élections départementales, et arriver notamment en tête dans plusieurs cantons comme à Thonon.

Dans la capitale du Chablais, le FN avec 23,3% des suffrages devance le binôme UMP Mahut-Baud et le duo PS Constantin-Pillot. Les socialistes ont déjà appelé au front républicain et donc à voter UMP au second tour le 29 mars.

A Cluses, dans la Vallée de l’Arve, fief de Dominique Martin, secrétaire départemental du FN, le parti arrive là aussi en tête.

Dans le canton d’Annecy 2, le FN arrive en seconde position derrière le binôme UDI (centre droit). Arrivés troisièmes les socialistes disent «faire confiance à la conscience républicaine et démocratique des électeurs pour faire barrage à l’extrême-droite ».

Dans le canton d’Annemasse, aucun des quatre binômes en lice n’a obtenu les 12,5% d’inscrit nécessaires et l’on se dirige vers un second tour traditionnel Divers gauche/Divers droite.

Dans le canton de Saint-Julien, le plus grand canton du département, la forte rivalité entre Antoine Vielliard (Modem, centre) et conseiller sortant, et Christian Monteil (Divers droite), président en exercice du département, a tourné largement en faveur du second (42,74% contre 19,14%). Le FN s’est même immiscé entre les deux. Christian Monteil était associé à Virginie Duby-Muller, députée UMP de Haute-Savoie, proche de Nicolas Sarkozy.

Dans le canton du Mont-Blanc, le duo de droite Peillex-Termoz est largement en tête et pourrait frôler l’élection au premier tour. Surprise, la liste qui arrive en deuxième position est celle des écologistes Bagnaud-Jacquet (EELV). Un bon score expliqué par les problèmes persistants de pollution dans cette région.