Ce n’est plus un secret, les femmes sont sous-représentées au parlement fédéral. Elles ne sont que 6 sur 46 au Conseil des Etats et 64 sur 200 au Conseil national. Pour remédier à la situation, et alors que les élections fédérales d’octobre permettront le renouvellement intégral des deux chambres, un mouvement a décidé d’agir: «Helvetia ruft!» – l’appel d’Helvetia. Porté par plusieurs conseillères nationales issues de tous les partis, du PS à l’UDC, ce «mouvement non partisan» est l’œuvre de deux organisations apolitiques qui gagnent en importance: Alliance F et Operation Libero. Avec ce but unique: faire entrer des femmes sous la Coupole.

Lire aussi: Fabrizio Gilardi: «Le contexte est favorable à une vague féminine»