«Tout y a passé. C'est irrécupérable», constate Jean-François Progin, agriculteur, à Courtion (FR) entre Fribourg et Morat (district du Lac). En quelques minutes, lundi soir peu après 20 heures, l'orage de grêle a détruit l'ensemble des cultures de la région. Inutile de songer à récolter cerises, pommes ou céréales.

Jean-François Progin avait planté deux hectares de betteraves, 3,5 d'orge et 5 de froment. «C'est désolant. Des heures de travail ont été anéanties. C'est comme si nous n'avions rien fait. On a travaillé dans le vide.» Les grêlons de trois centimètres de diamètre ont haché toutes les cultures. «L'orage était terrible, mais j'ai vu pire. Celui du 3 septembre 1969 avait vraiment tout détruit. Il n'y avait plus aucune feuille sur les arbres», se souvient Jean-François Progin.

Les assurances couvriront de 70 à 100% des dégâts selon les prochaines évaluations des experts. «L'agriculture souffre déjà passablement sans cela. J'espère que nous serons entièrement indemnisés», souligne l'agriculteur qui ne sera pas pour autant au chômage technique. «Il faudra réparer les chemins malmenés par l'orage. De grosses rigoles se sont formées.»

W. B.