Il court d’une séance à l’autre, Ignazio Cassis. Malgré la session parlementaire, et alors que la Suisse s’apprête à vivre une grande journée de solidarité avec l’Ukraine, il a trouvé une demi-heure pour s’entretenir avec Le Temps.