Outre Albert Rösti, Le Temps a dressé le portrait des quatre autres candidats UDC déclarés à la succession d'Ueli Maurer: Werner Salzmann, Michèle Blöchliger, Hans-Ueli Vogt et Heinz Tännler. Le groupe parlementaire dira le 18 novembre quelle est la composition de son ticket en vue de l'élection du 7 décembre.

C’est le sparadrap du capitaine Haddock qui colle au pouce du favori à la succession d’Ueli Maurer. Depuis qu’il a fait connaître son intérêt pour le Conseil fédéral, Albert Rösti n’arrive pas à se défaire de sa réputation de prince du lobbyisme au parlement. La Weltwoche avait été la première publication à s’en prendre au Bernois sous l’angle de ses multiples mandats. Il en compte 16, dont 13 rémunérés, en plus de celui de conseiller national, selon le registre officiel des intérêts du parlement. «Si Albert Rösti est élu au Conseil fédéral le 7 décembre, ce sera – Helvetia, réjouis-toi! – un homme doté d’une force créatrice surhumaine, de l’instinct de cueillette d’un écureuil et des talents d’équilibriste d’un artiste de cirque qui fera son entrée au gouvernement national», lançait l’hebdomadaire zurichois dont on sait qu’il ne roule pas pour le Bernois.