Les électeurs du deuxième canton suisse le plus peuplé, derrière Zurich, ont désigné leurs autorités, avec une lutte farouche entre gauche et droite. Immersion dans le grand espace bernois, divers à souhait, qui a réformé ses structures depuis une décennie.

D’envergure nationale, l’élection s’est jouée dans le Jura bernois, à qui la Constitution garantit un siège au gouvernement, faveur faite à la minorité linguistique. De la couleur de l’élu du Jura bernois (soit le socialiste sortant Philippe Perrenoud, soit le challenger radical Sylvain Astier) dépendra la majorité gouvernementale.

Un pied en Suisse alémanique et un en Suisse romande, pris en étau entre les métropoles de Zurich, de Bâle et de l’Arc lémanique, Berne va son chemin et s’applique à jeter un pont entre la Suisse germanophone et la Suisse francophone. ■ Un canton à conseillers fédéraux

Infographie. Les conseillers fédéraux bernois depuis 1848 Depuis le départ de Samuel Schmid, Berne n’a plus de représentant au gouvernement fédéral. Cela ne s’est produit qu’une fois depuis 1848 ■ Le bilan disparate d’un gouvernement rouge-vert
Infographie. Le Conseil d’Etat bernois 2006-2010 Après le chambardement intervenu lors des élections de 2006, avec l’accession au Conseil d’Etat de quatre nouveaux ministres et d’une majorité de gauche, six des sept conseillers d’Etat actuels aspirent à un nouveau mandat. Le pragmatisme bernois survivra-t-il aux élections? (23.03.2010) L’opposition radicale-UDC peine à trouver la faille dans le bilan «au centre» du Conseil d’Etat à majorité de gauche élu en 2006. Contrairement à Genève et à Neuchâtel, la gauche peut rester au pouvoir à Berne dimanche 28 mars Conseil d’Etat bernois 2006-2010 – 7 membres
Grand Conseil bernois 2006-2010 – 160 membres (200 députés jusqu’en 2006)
Evolution de la force des principaux partis bernois (%)
La modernisation par touches successives Francophones, bernois, minoritaires… mais épanouis (24.03.2010) Ils vivent dans le Jura bernois, parlent français et vivent leur identité romande dans un canton à 90% germanophone. Portraits juxtaposés de francophones heureux de leur condition, stimulés par l’environnement bilingue Berne, un canton qui bouge (15.03.2010)Immersion dans le grand espace bernois, divers à souhait, qui a réformé ses structures depuis une décennie. Bienne, une charmeuse qui s’ignore (20.03.2010) Entre lac et montagne, entre Suisse alémanique et Suisse romande, Bienne, plus grande ville bilingue du pays, se construit un avenir séduisant Berne se rêve en capitale d’un pôle d’attraction (20.03.2010)Pris en étau entre Zurich, Bâle et l’Arc lémanique, Berne se profile en tant que «région de la capitale suisse». Seize villes et cinq cantons sont partenaires Éditorial. Un laboratoire (15.03.2010)Une idée un peu folle a priori, presque une hérésie: associer dynamisme et modernité au canton de Berne. Plus que tout autre, il cumule les handicaps et les clichés dévalorisants.

Cinq visages de la relève politique Les personnalités politiques (15.03.2010) ■ Des personnalités qui font briller Berne > Charles von Graffenried. Châtelain et magnat des médias > Nicole Loeb. «Berne est un formidable espace commercial > Ueli Steck. Le Spiderman de l’Eiger, champion des ascensions en solitaire > Thierry Carrel. Un as de cœur, vedette de la chirurgie esthétique > Pedro Lenz. Un alchimiste du dialecte, poète et chroniqueur > Michael von Graffenried. Un Bernois exilé dans la jungle des immigrés (22.03.2010) Habitant à Paris depuis vingt ans, en résidence à Londres pour six mois, le photographe provocateur porte un regard sévère sur la Suisse, mais garde de l’affection pour son canton et ses habitants. ■ Une voix critique «Le bilinguisme à la bernoise est sans vision» (15.03.2010)Directeur romand d’Avenir Suisse, Xavier Comtesse, Bernois d’origine, fait une appréciation sévère du positionnement bernois. Sylvain Astier, le radical atypique qui veut faire basculer le Conseil d’Etat bernois à droite (07.09.2009)La majorité gouvernementale bernoise dépendra de l’issue du duel entre le socialiste sortant Philippe Perrenoud et le radical Sylvain Astier. Portrait d’un challenger atypique de 34 ans, catalogué très à droite et farouchement antiséparatiste. L’élu francophone au gouvernement fera pencher la balance (16.03.2010)Le duel opposant le socialiste Philippe Perrenoud au radical Sylvain Astier pour le siège dévolu au Jura bernois constitue un enjeu majeur des élections bernoises du 28 mars. Francophones, Bernois, minoritaires…… mais épanouis (24.04.2010)Ils vivent en terre bernoise, parlent français et vivent leur identité romande dans un canton à 90% germanophone. Portraits juxtaposés de francophones heureux de leur condition stimulés par l’environnement bilingue.