L’événement a eu davantage d’écho en Suisse alémanique que dans la partie latine du pays. Parmi les artistes les plus connus figuraient Pipilotti Rist, les écrivains Pedro Lenz et Peter Bichsel ou le rappeur Kutti MC.

Lors de son show à Erlenbach (ZH), ce dernier a lancé au public: «Et si, dès maintenant, tous les soi-disant étrangers refusaient de travailler jusqu’à lundi, histoire de montrer tout ce qui ne fonctionnerait plus?» A Berne, le Nouveau mouvement européen suisse (Nomes) a convié le public à différents concerts.

La journée d’action était soutenue par diverses associations culturelles, les théâtres, orchestres et festivals.

Ecopop, soumise au peuple le 30 novembre, est une nouvelle initiative réclamant l’isolement de la Suisse, considèrent ces milieux. Le texte est qualifié d’égoïste, xénophobe et anti-artistique. Ses conséquences seraient encore plus désastreuses que celles de l’initiative «contre l’immigration de masse».

Le monde artistique avait été le premier a ressentir les effets du vote du 9 février: l’Union europénne avait annoncé ne pas vouloir entamer de négociations avec la Suisse sur le renouvellement du programme de soutien au cinéma MEDIA. En attendant une solution, le Conseil fédéral a appliqué des mesures compensatoires en juillet.