La police judiciaire genevoise a procédé à de nouvelles interpellations dans l'affaire des incendies de voitures. Elle a interrogé jeudi un complice présumé de l'incendiaire arrêté en début de semaine. Ce jeune homme avait reconnu être responsable de 7 des 38 incendies de voitures perpétrés dans les quartiers de la Jonction, des Vernets et de Châtelaine.

Si l'on n'en sait pas davantage sur le complice, il apparaît que le Genevois arrêté mardi, âgé de 18 ans, justifie ses actes par un profond mal de vivre. Selon Leonardo Malfanti, juge en charge de l'instruction, un examen psychologique sera nécessaire pour mieux comprendre les motivations de tels actes de violence.

En parallèle, le juge Jean-Nicolas Roten, président du Tribunal de la Jeunesse, a confronté jeudi les discours de quatre mineurs qui ont également été interpellés et qui étaient déjà connus de la justice. Les deux premiers ont affirmé n'avoir été que les spectateurs d'un incendie, alors que les deux autres ont mis en cause un «spectateur» des méfaits tout en reconnaissant leur propre responsabilité dans l'un des incendies.

Le juge d'instruction Leonardo Malfanti a par ailleurs annoncé que l'embargo sur les informations relatives aux incendies de voitures était levé. Les autorités judiciaires entendaient éviter l'effet d'entraînement auquel elles s'exposaient en publiant systématiquement chaque incendie.