Les députés vaudois gardent leur confiance dans la Bedag, l'organisme bernois que le canton a choisi comme partenaire stratégique pour son informatique. L'échec du logiciel Bistrada (Service des autos), qui était développé par la Bedag et qui a dû être abandonné, ne remet pas en cause la qualité globale de l'entreprise, ont estimé les élus.

Ils ont rejeté par 74 voix contre 49 une demande de moratoire déposée par le POP (Le Temps du 2 mars). Le popiste Jean-Paul Dudt, qui accuse Charles Favre d'avoir caché aux députés l'état du dossier, a tiré un parallèle avec son prédécesseur Veillon, qui a dû démissionner pour dissimulation de faits. «Si vous ne voulez plus de moi au Conseil d'Etat vous avez encore un an pour convaincre le peuple», lui a rétorqué le patron des finances.

La réponse a mis de la bonne humeur dans l'hémicycle, venant de la part d'un magistrat qui a gardé jusqu'ici une grande réserve sur ses intentions pour les prochaines élections.